Les Parisiens qui quittent Paris 

Les Parisiens qui quittent Paris 

Paris, la destination touristique incontournable à l’international. Croissants chauds au bas de la tour Eiffel, virée romantique dans les rues de la Ville-Lumière : que rêver de plus ? Si telle est l’image de la capitale française que le monde a, depuis la crise sanitaire, beaucoup de Parisiens tentent de quitter Paris. Le marché immobilier en prend une claque.                                                                                                                                                                       

 

Pourquoi les Parisiens quittent la capitale ?

Entre 2013 et 2017, environ 120 000 personnes par an ont décidé de quitter Paris pour s’installer ailleurs. Le nombre de population ne cesse de diminuer depuis 10 ans. Le marché immobilier parisien en prend inévitablement un coup, car l’augmentation des prix de biens dans la capitale ralentit comparée à celle des autres départements.

Les choses se corsent en 2020 après l’arrivée de la pandémie Covid-19. Las du train de vie en confinement et en télétravail, beaucoup souhaitent quitter la capitale pour décompresser dans les campagnes. En effet, entre passer ses journées entre quatre murs avec le stress permanent de la pandémie et les passer dans un jardin sous le soleil, le choix est vite fait.

Outre la crise sanitaire, le style de vie d’une capitale ne plait pas à tout le monde sur le long terme. Avec les rues constamment animées, les voitures sillonnant les routes à toute heure et les édifices qui effacent doucement les espaces verts, la santé mentale s’en voit perturbée. Ainsi, les gens préfèrent s’éloigner du centre pour retrouver un nouveau style de vie plus sain.

 

Quitter Paris pour aller où ?

Lorsqu’on entend « quitter la capitale », on imagine souvent un déménagement vers l’autre bout du pays, a la campagne au milieu des vaches ou au bord de la mer. Mais est-ce vraiment le cas pour ces personnes qui font leur adieu à Paris? En déguerpissant de la capitale, 58% des Parisiens restent en Ile-de-France et 46% optent pour les petites couronnes. Selon une étude,  ¼ des ménages qui quittent Paris ne déménagent qu’à moins de 10 km de chez eux tandis que la moitié part s’installer jusqu’à 20 km aux alentours.

Les destinations les plus prisées sont Hauts-de-Seine, Billancourt et Levallois-Perret. Toutefois, on remarque également un intérêt particulier pour Seine-Saint-Denis. Mais ce ne sont que des constatations générales, voyons tout cela en profondeur.

 

Une vie loin de l’Ile-de-France

En tête de liste des départements hors de l’Ile-de-France qui accueille le plus déménageurs, nous comptons l’Eure avec +171%. Ensuite, s’en suivent l’Ille-et-Vilaine, l’Eure-et-Loir, les Pyrénées-Atlantiques et les Alpes Maritimes. Pour une bonne affaire immobilière, nous recommandons Evreux où les prix coopèrent avec le portefeuille. Quant à Nice et le Pays basque, même si les prix sont plus onéreux, la qualité de vie y est irréprochable.

 

Vive la grande couronne

Nous constatons que même en délogeant de Paris, les Parisiens ne cherchent pas forcement à quitter la région parisienne. Autrefois massivement attrayantes, les petites couronnes étaient les champions du marché. Mais avec la crise sanitaire, l’intérêt des Français pour la grande couronne s’est étonnement intensifié. Depuis la pandémie, elle compte jusqu’à +58% de demandes.

Mieux que la banlieue en matière de calme et de surface de logement, la grande couronne attire particulièrement les Parisiens. La Seine-et-Marne (+31%) constitue la première destination, suivie des Yvelines. Dans le Top 4, nous avons aussi l’Essonne et Val-de-l ‘Oise. Si auparavant les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis attiraient beaucoup de monde, ils sont désormais moins recherchés.

 

Quels en sont les impacts sur le marché de l’immobilier ?

Si nous analysons la tendance, la population parisienne diminue chaque année. Mais ce début d’exode urbain présente-t-il un impact sur le marché immobilier. L’estimation d’un bien immobilier dépend indéniablement de sa localisation. Pourtant, en accumulant les déménagements, Paris risque de diminuer son taux d’attractivité malgré son importance touristique. Par conséquent, cela influence la carte des prix immobiliers. Dans les régions abritant les anciens Parisiens, les prix progressent plus vite que dans la capitale. Entre mars 2020 et mars 2022, la grande couronne compte une augmentation de +8,6%. Quant à Paris, elle stagne à +4.5%.

Cependant, c’est une lame à double tranchants car si elle ralentit la progression à Paris, elle développe le marché immobilier des autres départements.

 

Qui décident de s’installer loin de la capitale ?

Les gens qui quittent Paris ont leurs propres raisons mais qu’ont-ils en commun ? Qui tend à faire ses adieux à la capitale française? Selon une étude effectuée sur les ex-Parisiens, la majorité des personnes ayant sauté le pas dispose de revenus très confortables soit supérieurs à 10.000 euros nets par mois. Si toutes les classes ont développé une envie de partir, les personnes aisées passent beaucoup plus à l’action (+108%).

Cependant, une bonne partie des nomades représentent des personnes retournant à leur territoire d’origine.

 

Publié le 27 mars 2022

© Copyright Fundbid 2022 - Tous droits réservés.