Les acquéreurs immobiliers en 2021 ?

Les acquéreurs immobiliers en 2021 ?

Après une année 2020 largement impactée par la Covid-19, nul doute que le marché immobilier sera touché lui aussi, cette année. Pour autant, cela ne va pas réduire à néant les investissements immobiliers, et tandis que les établissements financiers ont dû s’adapter, une question se pose : qui est l’acheteur type en 2021 ? Souhaitent-ils tous une maison avec espaces verts à cause des confinements ? Retrouve-t-on les mêmes acheteurs à Paris, Bordeaux, Strasbourg ou encore Lyon et dans de moins grandes villes, voire même à la campagne ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre. 

 

Les Français veulent devenir propriétaires, et tant pis pour le contexte économique

Bien que les conditions pour acheter un bien immobilier se soient durcies ces derniers mois, les Français n’ont pas été découragés, ils souhaitent devenir propriétaires coûte que coûte et le deviennent. Bien souvent, ces acheteurs ont été primo-accédant, cela signifie que les acheteurs n’ont pas été propriétaires de leur résidence principale, au cours des deux dernières années. Ce statut n’est ainsi pas uniquement réservé aux personnes achetant un bien pour la toute première fois. Toujours est-il que 71% des nouveaux propriétaires de biens immobiliers se trouvent être primo-accédants, et bien souvent leur achat est fait en couple. 

Le revenu moyen de ce profil de couple avoisine les 4 000€ net mensuel, il leur permet un achat de bien sous la barre des 300 000€, avec un apport personnel d’au moins 40 000€. Dans l’ensemble, la grande majorité des acheteurs de ce type de profil recherchent un bien ancien, quelle que soit la localisation de celui-ci. Ce genre de profil a obtenu, malgré le contexte en France, la confiance des établissements bancaires, en étant considéré comme des projets “prioritaires”. 

La moyenne d’âge de ce genre d’acheteurs est de 34 ans, celle-ci passe à 33 ans lorsque le profil devient parisien. Ce dernier dispose d’un apport doublé et de revenus avoisinant les 7 000€ net mensuel, pour un couple. Si ces deux informations monétaires sont plus hautes que le profil évoqué en premier, la localisation n’y est pas pour rien, d’autant plus que l’apport évoqué ne représente finalement que 17% du prix d’achat du bien immobilier. En effet, un logement à Paris est payé, en moyenne, 570 000€. 

 

Les investisseurs locatifs se font de plus en plus nombreux 

Et ils bénéficient par ailleurs d’un apport en hausse à hauteur de 25%. Bien souvent, ces serials investisseurs sont des couples avec un enfant, ils ont en moyenne 37 ans et un revenu dépassant 5 000€ pour le foyer. Si par le passé, l’achat de bien locatif concernait des logements coûtant pas moins de 240 000€, le budget a été revu à la baisse d’environ 10 000€, le tout avec un apport d’au moins 30 000€. Ces personnes qui investissent à visée locative font le choix d’excentrer le bien pour proposer un cadre calme, en étant reculé des villes, tandis que d’autres font par exemple le choix de se positionner dans des villes comme Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Lille ou même Marseille, ils choisissent alors des biens accessibles de façon locative afin de les proposer par exemple à des étudiants, une cible aux revenus modestes qui ont besoin de se loger, parfois dans des villes qui ne sont pas celles de leurs origines, louer un bien meubler peut alors avoir toute son importance par exemple. 

Lorsqu’ils sont parisiens, ces investisseurs disposent d’un apport de 40 000€ au minimum et investissent dans des biens à 300 000€, dans l’ensemble. Lorsque leur achat n’est pas en Ile-de-France directement, les villes les plus appréciées sont Lille, Marseille et Nantes. Ce sont donc des investissements faits dans des villes importantes et accessibles relativement facilement depuis la capitale. Le choix de Lille, par exemple, est le choix de la rapidité mais aussi une stratégie puisque certains Lillois n’hésitent pas à faire le trajet vers et depuis la capitale chaque jour pour leur poste de travail.
 

Qui sont les propriétaires de résidences secondaires ?

Toutes les personnes vivant en ville, en maison de ville ou en appartement en ont rêvé durant le confinement en 2020 : une résidence secondaire, ou plutôt une maison entourée d’un jardin et de verdure. Alors au lendemain du premier confinement, nul doute que bon nombre de Français se sont lancés dans la quête d’une résidence secondaire. 

Dans l’ensemble, les nouveaux acquéreurs de résidences secondaires ont en moyenne 43 ans et un enfant lorsqu’ils sont en couple. À presque 90%, ils apprécient le charme des biens anciens et présentent des revenus mensuels net mensuels de 7 000€ et un apport à hauteur de 60 000€. Encore une fois, ce profil évolue quelque peu lorsqu’il devient parisien, ce dernier est bien souvent un couple de personnes de 40 ans qui ont un enfant. Le foyer dispose d’un peu moins de 10 000€ de revenus mensuels net et un apport de plus de 75 000€. Pour ce profil dit parisien, les lieux les plus plébiscités pour l’achat d’une résidence secondaire sont la Bretagne, la Normandie ou encore la région Centre-Val-de-Loire. 

Finalement, que le crédit immobilier soit formulé pour un logement neuf ou de l’ancien, la réalisabilité du projet immobilier, qu’il soit un investissement locatif ou non, dépend toujours autant du type de profil du dossier présenté. Un acquéreur souhaitant devenir propriétaire pour la première fois ne sera pas plus lésé qu’une personne faisant l’acquisition d’un logement dans le seul objectif d’y organiser des travaux de rénovation pour y accueillir des locataires. Tout dépend donc du projet immobilier de chacun, du coût total de celui-ci, des plafonds en termes d’apports et de la capacité d’emprunt. Obtenir un prêt n’est donc pas impossible en 2021 pour les nouveaux propriétaires, même si nombreux sont ceux à avoir revu leur budget légèrement à la baisse. L’une des possibilités face à cela est de choisir la bonne stratégie, en fonction de ses ressources… Acheter neuf et ainsi réduire les frais de notaire, dénicher un prêt à taux zéro, jouer sur la zone géographique, payer son crédit immobilier en différé, les possibilités pour l’acquisition d’un bien immobilier sont diverses et variées. 

 

Publié le 22 mars 2021

© Copyright Fundbid 2021 - Tous droits réservés.