Pourquoi les hackers s'intéressent-ils à l'assurance d'emprunt

Pourquoi les hackers s'intéressent-ils à l'assurance d'emprunt

Dans le cadre du financement de votre projet immobilier, la banque vous conseil vivement de souscrire une assurance emprunteur bien qu’aucune loi ne vous y oblige. Cette assurance en question intéresse certains hackeurs, plus précisément ces derniers cherchent à récolter des données de santé… Les organismes de santé et organisations liées sont d’ailleurs de plus en plus visés par des attaques, mais finalement, pourquoi les hackers s’intéressent-ils autant aux assurances et notamment à celle de votre crédit immobilier ?

 

Les données de santé, cible des pirates informatiques 

Depuis plusieurs années, les spécialistes de cybersécurité lancent des alertes : les données sensibles notamment de santé sont la cible des hackers. Preuve en est, les différentes attaques ayant eu lieu contre des établissements hospitaliers français depuis le début de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Pour certains, il est nécessaire de repenser les systèmes pour faire face à ces cyberattaques. Car sans ça, le piratage de données personnelles, notamment de santé, peut conduire à faire chanter les victimes….. En effet, des données personnelles sensibles seraient ainsi exposer à certains acteurs malveillants. 

La probabilité de piratage de données de santé s’est accrue ces dernières années, car aux yeux des hackers ce sont des proies faciles. En effet, ces derniers ont laissé de côté les proies bancaires par exemple, car elles disposent de systèmes informatiques souvent très complexes, et cela d’autant plus que le secteur médical semble plus rentable. Ce secteur investissait jusqu’à récemment des sommes trop peu importantes pour assurer leur cybersécurité. 

 

La revente sur le marché noir

Dès lors que des données privées, telles que des informations sur un état de santé, reliées à l’identité d’une personne grâce à un numéro de sécurité sociale, son nom ou son prénom, sont à la disposition de personnes malveillantes, celles-ci peuvent les mettre en vente sur le marché noir. Par la suite, chantage, espionnage et monétisation sont monnaie courante. Les données peuvent être revendues à des tiers, de la même façon qu’elles peuvent être utilisées à l’encontre de personnes physiques.

 

Des données exploitées par des minorités agissantes

Les données revendues sur le marché noir sont potentiellement récupérables par certains acteurs du crédit immobilier. Prenons l’exemple d’une personne souhaitant emprunter seule. Si celle-ci présente à la banque un dossier idéal, car elle dispose d’un bon apport, d’un poste encadré par un contrat à durée indéterminée et qu’elle a choisi d’acquérir un bien qui rentre dans son budget, donc qui respecte son taux d’endettement maximum et qui rentre dans ses capacités d’emprunt, dans un premier temps, la réponse pourra être positive. Mais si cette personne présente des signes de faiblesse au niveau de sa santé alors les choses peuvent être bousculées. En effet, une minorité d’assureurs malveillants peuvent accéder aux données de santé parfois mises en ventes par les hackers...

Cependant, ce comportement serait d’une part illégale puisque les données personnelles ne sont alors pas protégées et que l’assureur est censée se tenir au questionnaire de santé qu’elle fait remplir à certains de ses éventuels futurs emprunteurs, et d'autre part discriminant dans la mesure où la personne présente, dans les faits, un dossier dont la finalité serait positive si les hackers n’avaient pas volé ces données privées. 


 

La convention AERAS, la solution pour les personnes disposant d’ennuis de santé ?

Ainsi, si les hackers s’intéressent à l’assurance d’emprunt, c’est parce que les données sont simples à récolter de leur côté et qu’elles peuvent être utilisées et donc revendues à prix d’or. Pour autant, si vous veniez à vous trouver dans ce genre de situation, il peut vous être possible de bénéficier de la convention AERAS. Celle-ci permet à toute personne qui souscrit à une assurance emprunteur de profiter de la généralisation des bonnes pratiques de collecte d'information, et cela peut vous concerner si vous ne pouvez pas obtenir une couverture d’assurance standard en raison de votre santé. 

 

Objectif de la convention AERAS

L’objectif de cette convention est donc de faciliter à une partie de la population l’accès à l’assurance de prêt et donc à l’emprunt malgré des soucis de santé. Cela d’autant plus que ces soucis poussent parfois certaines personnes à abandonner leurs idées et projets d’investissement immobilier. En finalité, avec l’aide de cette convention, il devient alors possible de devenir propriétaire malgré l’avis des banques sur les risques santé, tout en obtenant un crédit immobilier dont le coût total n’est pas impacté par un taux d’emprunt haussé à cause des risques. 

Concrètement, avec l’aide de la convention, le parcours d’accès à l’emprunt et l’obtention de votre prêt immobilier peut prendre au moins deux mois, tout en sachant que ce délai exclut ceux imposés par la réalisation d’éventuels examens médicaux. Pour bénéficier de l’aide de cette convention, il vous faut dans un premier temps déposer la demande d’assurance et que celle-ci soit instruite, si votre dossier est complet vient ensuite la demande de crédit, avec des documents basiques, le montant de votre apport personnel, vos souhaits en terme de durée de crédit et de mensualités, mais aussi d’autres plus particuliers, notamment liés à votre santé, et son instruction puis l’offre de prêt et enfin la mise en place du prêt immobilier et le virement des fonds. Durée du prêt, mensualités, échéance, et conditions liées au crédit vous seront alors présentés en détail par l’établissement bancaire prêteur et votre banquer. Vous pourrez à ce moment-là signer définitivement l’achat de votre bien immobilier. Une chose est sûre, comme pour un parcours classique, pour l’obtention de prêts immobiliers, la patience est toujours de mise. 

 

Publié le 20 avril 2021

© Copyright Fundbid 2021 - Tous droits réservés.